Divorce dans la religion musulmane

Le divorce dans la religion musulmane

Comme dans toute religion et/ou culture, le mariage est un acte de la vie réfléchi, qui engage deux personnes l’une envers l’autre et donc qui est très important.

L’importance du mariage selon les religions :

Que l’on soit fidèle à Dieu, à Allah, ou à une autre divinité, le mariage est souvent sacré, ce n’est pas un projet dans lequel on s’engage sans honorer les vœux que l’on prononce généralement lors de la cérémonie, tels que fidélité, aimer jusqu’à ce que la mort sépare les deux êtres qui ont été unis, d’ailleurs on peut lire dans le Coran : « Comment oseriez-vous le reprendre, après que l’union la plus intime vous ait associés l’un à l’autre et qu’elles aient obtenu de vous un engagement solennel? » Sourate 4, verset 21 qui montre l’importance de l’union des époux. Les prophètes encouragent d’ailleurs les époux à s’assurer que leur future épouse leur plait physiquement, mais également apprennent à ceux-ci à être patient et à pardonner afin que le couple puisse perdurer.

Le divorce selon la religion musulmane :

Un divorce est souvent prononcé seulement s’il y a une raison valable, car sinon il peut être considéré comme un signe d’ingratitude. En effet, selon le Coran, Sourate 30 verset 21, Allah a crée les épouses pour les hommes, pour leur satisfactions alors un époux qui refuse ce présent est considéré comme ingrat, et l’ingratitude est punie selon le Coran.
Aussi, le démon le plus apprécié par Chaytân (équivalent de Satan dans la religion Chrétienne) est celui qui arrive à créer la rupture entre un homme et sa femme. Il n’est pas bien non plus de répudier sa femme, ni à une femme de se séparer sans raisons valables sinon elle n’ira pas au paradis.

Divorcer en cas d’une situation extrême :

Le divorce est donc ‘toléré’ si on a essayé de parler avec un médiateur et/ou de résoudre les problèmes de son couple sans que rien ne s’arrange. Si une femme est maltraitée, elle peut aussi divorcer, car même si le divorce n’est pas autorisé, ni encouragé, Allah ne contraint pas deux époux à vivre dans de mauvaises conditions de vie.